L'ERE PRIMAIRE

OU

PALEOZOIQUE

Fuxianhuia de Chengjiang

Après avoir vue les extraordinaires fossiles curieux du Vendien encore bien méconnus, nous passons au tout début de l’ère primaire, la faune de Burgess Shales et de Chengjiang du Cambrien basal il y a 544 millions d’années.

C'est l'explosion cambrienne.

L’explosion cambrienne (il y a entre -544 et -530 millions d'années) désigne l'apparition soudaine (à l'échelle géologique) de la plupart des grands embranchements actuels de métazoaires (animaux pluricellulaires) ainsi qu'une grande diversification des espèces animalesvégétales et bactériennes. Certains auteurs n'hésitent pas à parler de « big bang zoologique du Cambrien », avec l'apparition en quelques dizaines de millions d'années de la quasi totalité des grands plans d'organisation connus actuellement (AnnélidesMollusquesÉchinodermesChordés, etc.).

Alalcomenaeus de Chengjiang

Haikouella de Chengjiang

Le Cambrien, qui s'étend de −544 à −485 millions d'années, est la première, et la plus ancienne, des six périodes géologiques du Paléozoïque. C'est les débuts des archives fossiles. La vie animale du cambrien a été extraordinairement variée, mais inégalement fossilisée ; les coquilles dures se fossilisent mieux que les corps mous ; c’est pourquoi les roches de cette époque sont riches en fossiles coquilliers.

Trilobite Asaphus

Bien que moins connu que l’explosion cambrienne, l’Ordovicien est aussi une période de radiation évolutive : le nombre de genres d'animaux marins quadruple. Les Trilobites, brachiopodes inarticulés et Éocrinoïdes du Cambrien laissent la place aux espèces qui vont dominer le reste du Paléozoïque tels que des Cephalopodes, des Crinoides et des brachiopodes articulés ; en particulier les trilobites sont largement remplacés par d’autres espèces sur les plateaux continentaux, leur succès personnifiant la diversité accrue des organismes sécrétant des coquilles à base de carbonates de l’Ordovicien comparé au Cambrien.

Trilobite selenopeltis

Le Silurien, est le troisième système géologique du primaire, il s'étend de 443,4 à 419,2 Ma. La fin de l'Ordovicien est marquée par une des cinq grandes extinctions massives de l'histoire des temps géologiques, où près de 60 % des espèces marines ont disparu.  Des formes primitives de plantes multicellulaires envahissent les terres. Quelques rares arthropodes ont, semble-t-il, migré vers la terre. Les poissons se sont diversifiés considérablement et ont développé des écailles mobiles. Une faune diverse de scorpions de mer, se trouvent en Amérique du Nord et en Europe. Les Graptolites sont toujours abondants.

Scorpion de mer

Eurypterus

Poisson Placoderme

Le Dévonien est un système géologique qui s’étend de 419 à 359 Ma. Dans les océans, les brachiopodes sont communs ainsi que les grands récifs coralliens. De nouvelles formes d'ammonites et de trilobites apparaissent ; les requins primitifs sont plus nombreux que pendant l'Ordovicien supérieur ou le Silurien. Sur les continents, les premiers Progymnospermes forment des forêts : les insectes et chélicérates s'y diversifient. Dès le Dévonien inférieur, certains poissons de la classe des sarcoptérygiens évoluent vers des formes, regroupées dans le clade des tétrapodomorphes, qui vont conduire aux premiers tétrapodes puis aux amphibiens.

Botriolepsis

Furcaster

Fougère géante

 Le Carbonifère est la période géologique qui s'étend de -359 à -299 Ma. Le Carbonifère suit le Dévonien et précède le Permien. Cette période est caractérisée par les premiers grands arbres. Dans le nord-est de l'Amérique, les lys de mer deviennent moins communs et sont presque inexistants vers la fin de cette période. La vie marine est riche en crinoïdes et autres espèces d’échinodermes. Les brachiopodes sont abondants. Les trilobites se sont raréfiés. Sur les terres, une population variée de plantes existe. Les vertébrés terrestres incluent de grands amphibiens et les premiers reptiles. L’enfouissement massif de carbone a conduit à un surplus d’oxygène dans l’air allant de 15 et 25 %

Crotalocephalus

Sigilaire

Fougère 

Le Permien est la dernière période de l'Ere primaire. La fin du Permien est marquée par la plus sévère des cinq principales extinctions de masse survenues sur Terre. Il s'agit de la troisième. Selon les estimations des scientifiques, elle aurait vu disparaître 75 % des espèces de la terre ferme et 96 % des espèces marines.Les formes de vie dominantes sont diverses : plantes, de grands amphibiens et de grands reptiles incluant les ancêtres des dinosaures. La vie marine est riche en mollusques, échinodermes et brachiopodes. Les derniers trilobites ont disparu avant la fin du Permien. 

©2019 by MUSEE SERVAIRE. Proudly created with Wix.com